• 8e Rencontre Musicologique de l’Université Antonine (2015)
  • 17-18 juin 2015 - Hadat-Baabda, Liban

  • Sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur Raymond Araiji, Ministre libanais de la Culture, Dans le cadre du Cinquantenaire du violoniste Sami Chawa (1885-1965), pionnier de l’art instrumental traditionnel arabe L’Institut Supérieur de Musique (ISM) del’Université Antonine (UA, Liban), en collaboration avec l’Académie Arabe de Musique (Ligue des États Arabes), l’Université Saint-Esprit de Kaslik (Liban), l’Université Paris-Sorbonne, l’Institut de Recherche en Musicologie (IReMus, France), le Centre de Recherches Moyen-Orient Méditerranée (CRMOM-INALCO, France) et la Foundation for Arab Music Archiving & Research (AMAR, Liban), présente La 8e Rencontre Musicologique de l’Université Antonine (17-18 juin 2015) « L’art du taqsīm et l’école Sami Chawa (1885-1965) »

    Intitulé de la communication : "L’école égyptienne de l’art du taqsīm au ‘ūd de Sayed as-Suwaysī à Muḥammad al-Qaṣabgī : Analyse du vocabulaire musical et technico-esthétique"

    L’autonomisation et le développement de l’art instrumental en général, et l’art du ‘ūd en particulier, sont concomitants à l’avènement du 78 tours en Égypte (1903), tandis que l’apogée de l’art du ‘ūd en solo que l’on doit aux multiples recherches et efforts menés par Muḥammad al-Qaṣabgī (surnommé le Sulṭān du ‘ūd) attendra les années 1920. Les premiers enregistrements du ‘ūdiste Sayed as-Siwaysī avec l’ensemble Odéon (1904-1906), puis ceux de Manṣūr ‘Awaḍ et de Dāwūd Ḥusnī (1914-1922) permettent, d’une part, d’observer plusieurs types de stratégies interprétatives et de publication (en fonction de durées, du nombre d’énoncés ou de séquences, de l’ambitus, etc.). D’autre part, de cerner les différents éléments qui constituent à la fois la signature caractéristique de l’école égyptienne de l’art du taqsīm au ‘ūd et le moyen par lequel chaque ‘ūdiste marque sa différence stylistique. Aussi, les enregistrements de Qaṣabgī sur la période 1923-1928 révèlent une évolution magistrale des points de vue systémique, organologique, technique et esthétique. Ce projet de communication propose d’analyser le vocabulaire musical et technico-esthétique des grands maîtres égyptiens de l’art du ‘ūd à l’aune de la tripartition sémiologique de J. Molino et les critères à bases externes (maqām, organologie et accordage) et internes (répétitions, silences et cadences, contrastes mélodiques et rythmiques, modulations, variations, développement et transformation) proposés par S. Feki pour la segmentation du discours musical.

    programme détaillé plurilingue

  • 7es Rencontres Musicologiques de l’Université Antonine
  • 2-4 Juin 2014 - Hadat-Baabda, Liban.
  • Quelle éducation musicale pour le Liban ?

  • Lire la suite
  • Etats Généraux des Musiques du Monde
  • Conférence à la Villa Méditerranée, Marseille
  • Vendredi 13 Septembre 2013 de 14H30 à 16H30

  • thème abordé : "Entre mémoire et oubli : transmettre"

  • Lire la suite
  • RTMMAM n°4 (Revue des Traditions Musicales des Mondes Arabes et Méditerranéen). Un siècle d’enregistrements, matériaux pour l’étude et la transmission (1)
  • 2010

  • Lire la suite
  • L’évolution de l’art du ‘ûd égyptien en solo à l’aune du 78 tours
  • par Tarek Abdallah
  • Lire la suite
  • La tradition poético-musicale égyptienne du chant révolutionnaire. Vers une conceptualisation
  • par Tarek Abdallah et Fadi El Abdallah
  • Février 2012

  • Lire la suite